Histoire et étymologie de la fuste.

 

La fuste est le terme utilisé pour désigner tout bâtiment en rondins bruts empilés.

 

L’origine de ce mot vient du passé, quand il signifiait un fût (tronc d’arbre), d’où l’extension du terme pour nommer une maison faite entièrement de fûts. L’artisan spécialisé dans cette technique est qualifié de fustier.

 

L'image que nous avons de cette méthode de construction, nous renvoie à la conquête de l'ouest Américain, avec ses trappeurs, habitant leurs cabanes en rondins. Ces gens étaient des conquérants, amenant avec eux leurs traditions, dont faisait partie la fuste. Encore aujourd’hui au Canada, la construction en bois rond est appelée « scandinave ». Le berceau de cette technique est donc à rechercher dans les rigueurs du grand nord européen, et également dans les pays de l’Est où l'on peut découvrir de nombreux bâtiments en rondins bruts. Il suffit aussi d’ouvrir un peu les yeux en se promenant dans les belles Alpes Suisses pour voir de vieux chalets taillés dans du bois naturellement rond. Il est facile de comprendre qu’à l’époque où le transport et le sciage de bois représentaient un labeur extrêmement fastidieux, les charpentiers n’hésitaient pas à construire avec les rondins provenant du lieu même.

 

Revenons à nos conquérants nord-américains et reconnaissons tout de même leur œuvre. A partir des années septantes, ils ont relancé cette technique en lui offrant une nouvelle vitalité, principalement grâce à l’apparition de tronçonneuses légères, l’outil principal pour la taille des bois. Mais également par le besoin extrêmement humain de sortir du contexte d’urbanisation bétonné et stéréotypé qui représente le cadre de vie actuel. Entrer dans une fuste, c’est se ressourcer. Pas besoin de l’expliquer, cela se ressent tout simplement.

 

<Devis     Définition>

Licence Creative Commons